Le rôle d’ISF

La mission de l’ISF s’exprime selon trois axes : promouvoir la notoriété et la pratique du shiatsu Iokaï, rassembler les praticiens certifiés, organiser la formation sur le territoire national.

Promouvoir le Shiatsu Iokaï

En tant que discipline traditionnelle orientale, le Shiatsu commence à bénéficier d’une certaine notoriété en France. Le premier objectif de l’ISF est donc de faire connaître la spécificité de l’approche originale du Iokaï à l’intérieur du shiatsu contemporain, d’expliquer la philosophie du shiatsu Iokaï, sa théorie et sa pratique, de situer la place du Iokaï dans la société occidentale. Cette information est effectuée auprès du grand public, ainsi qu’auprès de catégories socio-professionnelles concernées : acteurs sociaux, personnels médicaux et paramédicaux, spécialistes de la communication, … Les moyens mis en œuvre sont de différentes natures :

  • participation à des événements nationaux et locaux (salons, conférences, ateliers, manifestations diverses),
  • organisation de rendez-vous nationaux et locaux pour les adhérents et sympathisants,
  • achats d’espace dans la presse spécialisée nationale et locale (La Vie Naturelle, Tao-Yin, Diet Info, Bio-Contact, Médecines Douces, Kiné-Actualité, Karaté-Bushido, Taktik, …),
  • animation d’un site internet en relation avec les sites de EISA (european iokaï shiatsu association) et des associations Iokaï nationales des pays européens qui en font partie,
  • collaboration et synergie avec la FFST (fédération française de shiatsu traditionnel) et autres écoles.

Rassembler les certifiés Iokaï (collège des praticiens)

L’ISF a créé un collège de praticiens qui réunit toutes les personnes ayant obtenu le certificat du Iokaï Shiatsu, et compte, au 31 décembre 2000, une quarantaine de membres permanents. Ce collège s’est doté d’un code d’éthique afin de garantir le niveau et la qualité de la pratique du Iokaï Shiatsu en France.

Son rôle est d’informer et soutenir les praticiens, de définir les cadres de leur pratique, d’être une interface avec les instances européennes, d’organiser des rencontres internes et des échanges avec l’extérieur, et de proposer des actions de formation de perfectionnement et de remise à niveau.